La science du bonheur dans la Psychologie positive

La science du bonheurLa psychologie positive a introduit ce concept dans le domaine de la recherche scientifique dans l’espoir de mieux comprendre le bien-être global et le sens de la vie.

Que ce soit à l’échelle mondiale ou individuelle, la recherche du bonheur est un concept qui gagne en popularité et en reconnaissance scientifique.

Il existe de nombreuses définitions du bonheur, et nous les explorerons également dans cet article. Pour l’instant, nous vous invitons à penser à un moment où vous étiez heureux. Étiez-vous seul ? Avec d’autres personnes ? À l’intérieur ? À l’extérieur.

À la fin de cet article, revisitez ce souvenir. Vous aurez peut-être une nouvelle idée de ce qui a rendu ce moment « heureux », ainsi que des conseils pour entraîner votre cerveau vers plus de bonheur.

Une définition du bonheur dans la psychologie positive

En général, le bonheur est compris comme les émotions positives que nous éprouvons à l’égard des activités agréables auxquelles nous prenons part dans notre vie quotidienne.

Le plaisir, le confort, la gratitude, l’espoir et l’inspiration sont des exemples d’émotions positives qui augmentent notre bonheur et nous poussent à nous épanouir. Dans la littérature scientifique, le bonheur est appelé « hedonia », qui relate la présence d’émotions positives et l’absence d’émotions négatives.

Dans une compréhension plus large, le bien-être humain est composé à la fois de principes hédoniques et Eudémoniques, dont la littérature est vaste et décrit notre sens personnel et notre but dans la vie.

La recherche sur le bonheur au fil des ans a révélé qu’il existe certains facteurs corrélatifs qui affectent notre bonheur et notre psychologie. Ces facteurs comprennent :

  1. Type de personnalité
  2. Émotions positives et émotions négatives
  3. Attitude à l’égard de la santé physique
  4. Classe sociale et richesse
  5. Attachement et parenté
  6. Objectifs et auto-efficacité
  7. Temps et lieu.

Un regard sur la science du bonheur

Alors, qu’est-ce que la « science du bonheur  » ? »

C’est l’une de ces fois où quelque chose est exactement ce dont il a l’air – c’est tout sur la science derrière ce qu’est le bonheur et comment le vivre, ce que les gens heureux font différemment, et ce que nous pouvons faire pour nous sentir plus heureux.

Cet accent mis sur le bonheur est nouveau dans le domaine de la psychologie ; pendant de nombreuses décennies – essentiellement depuis la fondation de la psychologie en tant que science au milieu ou à la fin des années 1800 – l’accent a été mis sur les aspects les moins agréables de la vie. Le domaine s’est concentré sur la pathologie, sur les pires scénarios, sur ce qui peut mal tourner dans nos vies.

Bien qu’une certaine attention ait été accordée au bien-être, au succès et au fonctionnement élevé, la grande majorité du financement et de la recherche a été consacrée à ceux qui avaient le plus de difficultés : ceux qui souffraient d’une maladie mentale grave, de troubles mentaux, ou ceux qui avaient survécu à un traumatisme ou une tragédie.

Bien qu’il n’y ait rien de mal à faire ce que nous pouvons pour aider ceux qui ont des difficultés, il y avait un manque regrettable de connaissances sur ce que nous pouvons faire pour nous amener tous à un niveau supérieur de fonctionnement et de bonheur.

La psychologie positive a changé tout cela. Tout à coup, il y a eu de la place à la table pour se concentrer sur les aspects positifs de la vie, sur les « quelles pensées, actions, et comportements qui nous rendent plus productifs au travail, plus heureux dans nos relations et plus épanouis à la fin de la journée. »

La science du bonheur nous a ouvert les yeux sur une pléthore de nouvelles découvertes sur le côté ensoleillé de la vie.

Recherches et études actuelles

Par exemple, nous avons beaucoup appris sur ce qu’est le bonheur et sur ce qui nous motive.

Des études récentes nous ont montré que :

  • L’argent ne peut acheter le bonheur.
  • La majeure partie de notre bonheur n’est pas déterminée par notre génétique, mais par nos expériences et notre vie quotidienne.
  • Essayer trop fort de trouver le bonheur a souvent l’effet inverse et peut nous conduire à être trop égoïstes.
  • La poursuite du bonheur par des moyens sociaux (par exemple, passer plus de temps avec la famille et les amis) est plus susceptible d’être efficace que les autres méthodes.
  • La poursuite du bonheur est un domaine où nous devrions envisager de laisser tomber les objectifs SMART ; il peut être plus efficace de poursuivre des objectifs de bonheur  » vagues  » que des objectifs plus spécifiques.
  • Le bonheur fait de nous de meilleurs citoyens – il est un bon prédicteur de l’engagement civique lors de la transition vers l’âge adulte.
  • Le bonheur mène à la réussite professionnelle, et il n’a pas besoin d’être un bonheur « naturel » – les chercheurs ont constaté que le fait de « renforcer expérimentalement » les émotions positives contribuait également à améliorer les résultats au travail.
  • Il existe une relation linéaire entre l’engagement religieux et le bonheur. Une plus grande participation aux services religieux est corrélée à un plus grand engagement envers la foi, et l’engagement envers la foi est lié à une plus grande compassion. Ces individus plus compatissants sont plus susceptibles de fournir un soutien émotionnel aux autres, et ceux qui fournissent un soutien émotionnel aux autres sont plus susceptibles d’être heureux. C’est un long chemin, mais un chemin direct !

La recherche scientifique sur le bonheur au travail

Il y a eu une tonne de recherches sur les effets du bonheur au travail. Une grande partie de ces recherches est motivée par les entreprises qui souhaitent trouver un moyen d’améliorer la productivité, d’attirer de nouveaux talents et de bénéficier d’une bonne publicité, tout cela en même temps. Après tout, qui ne voudrait pas faire des affaires et/ou travailler pour une entreprise dont les employés sont heureux ?

Bien que l’on ne sache pas encore exactement à quel point les employés « devraient » être heureux pour une productivité, une efficacité et une santé maximales, nous avons appris quelques éléments sur les effets d’une main-d’œuvre heureuse :

  • Les personnes qui sont heureuses dans leur travail sont moins susceptibles de quitter leur emploi, moins susceptibles d’être absentes et moins susceptibles d’adopter des comportements contre-productifs au travail.
  • Les personnes qui sont satisfaites de leur travail sont plus susceptibles d’adopter un comportement qui contribue à une organisation heureuse et productive, plus susceptibles d’être en bonne santé physique et plus susceptibles d’être en bonne santé mentale.
  • Le bonheur et les performances professionnelles sont liés – et la relation fonctionne probablement dans les deux sens (par exemple, les personnes heureuses font un meilleur travail et les personnes qui font un bon travail sont plus susceptibles d’être heureuses).
  • Le bonheur au niveau de l’unité ou de l’équipe est également lié à des résultats positifs, notamment une plus grande satisfaction des clients, des bénéfices, une meilleure productivité, une meilleure rotation des employés et un environnement de travail plus sûr.
  • En général, une organisation plus heureuse est une organisation plus productive et plus performante.

Pour résumer les résultats que nous avons obtenus jusqu’à présent, il est facile de voir que le bonheur au travail combiné avec la psychologie positive, a de l’importance – pour les individus, pour les équipes et pour les organisations dans leur ensemble. Nous n’avons pas toutes les réponses sur le fonctionnement exact de la relation entre bonheur et productivité, mais nous savons qu’il existe une relation.

Dernièrement, de nombreux responsables des ressources humaines, cadres et autres dirigeants d’organisations ont décidé que le fait de savoir qu’il existe une relation est une preuve suffisante pour établir des pratiques favorisant le bonheur au travail, ce qui signifie que nous avons beaucoup d’occasions de voir l’impact d’un plus grand bonheur au travail à l’avenir.

17 faits et résultats intéressants sur le bonheur et la psychologie positive

 

La recherche dans ce domaine est en plein essor, et de nouvelles découvertes ne cessent de voir le jour. Voici quelques-uns des faits et des résultats les plus intéressants à ce jour :

  1. Le bonheur est lié à une baisse de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle, ainsi qu’à une variabilité plus saine de la fréquence cardiaque.
  2. Le bonheur peut également agir comme une barrière entre vous et les microbes – les personnes heureuses sont moins susceptibles de tomber malades.
  3. Les personnes plus heureuses sont mieux protégées contre le stress et libèrent moins de cortisol, l’hormone du stress.
  4. Les personnes heureuses ont tendance à ressentir moins de maux et de douleurs, notamment des vertiges, des tensions musculaires et des brûlures d’estomac.
  5. Le bonheur agit comme un facteur de protection contre la maladie et le handicap (en général, bien sûr).
  6. Les personnes les plus heureuses ont tendance à vivre significativement plus longtemps que celles qui ne le sont pas.
  7. Le bonheur renforce notre système immunitaire, ce qui peut nous aider à combattre et à repousser le rhume.
  8. Les personnes heureuses ont tendance à rendre les autres plus heureux, et vice versa – ceux qui font le bien se sentent bien !
  9. Une partie de notre bonheur est déterminée par notre génétique (mais il y a encore beaucoup de place pour des ajustements d’attitude et des exercices pour augmenter le bonheur !)
  10. Sentir des parfums floraux comme les roses peut nous rendre plus heureux.
  11. Les personnes payées à l’heure peuvent être plus heureuses que celles qui touchent un salaire (toutefois, ces résultats sont limités, il faut donc les prendre avec des pincettes).
  12. Les relations sont beaucoup plus propices à une vie heureuse que l’argent.
  13. Les personnes les plus heureuses ont tendance à porter des couleurs vives ; il n’est pas certain que la relation fonctionne, mais cela ne peut pas faire de mal de porter des teintes plus vives de temps en temps – juste au cas où !
  14. Le bonheur peut aider les gens à mieux gérer l’arthrite et la douleur chronique.
  15. Être à l’extérieur – surtout près de l’eau – peut nous rendre plus heureux.
  16. Les fêtes de fin d’année peuvent être une période stressante, même pour les plus heureux d’entre nous.
  17. Le bonheur est contagieux ! Lorsque nous passons du temps en compagnie de personnes heureuses, nous avons toutes les chances de ressentir également un élan de bonheur.

D’après ces résultats, le bonheur joue un rôle très important sur notre état de santé. C’est la raison pour laquelle il est essentiel de toujours adopter une psychologie positive afin de faire monter notre niveau de bonheur au quotidien.

Une étude qui montre comment les actes de bonté nous rendent plus heureux.

Le bonheur en tant qu'émotion sociale.

Vous vous sentez stressé après une longue journée de travail ? Offrez-vous un bain moussant.

Vous avez le cafard ? Offrez-vous un dessert décadent.

Vous vous sentez frustré après une dispute avec un ami ? Sautez votre séance d’entraînement et mangez une boule de glace supplémentaire.

Le message est clair : si vous voulez être heureux, vous devez vous concentrer sur vos propres souhaits et désirs, et adopter la psychologie positive. Pourtant, ce n’est pas le conseil que beaucoup de gens ont entendu en grandissant. En effet, la plupart des religions du monde (et les grands-mères du monde entier) suggèrent depuis longtemps que les gens doivent se concentrer sur les autres d’abord et sur eux-mêmes ensuite.

Les psychologues appellent ce type de comportement « comportement prosocial » et de nombreuses études récentes ont montré que lorsque les gens se concentrent sur le prosocial, en faisant des actes gentils pour les autres, leur propre bonheur augmente.

Mais comment le comportement prosocial se compare-t-il au fait de se traiter soi-même en termes de bonheur ? Et est-ce que se traiter soi-même rend vraiment heureux ?

L’étude pratique

Les participants ont été divisés en quatre groupes et ont reçu de nouvelles instructions chaque semaine pendant quatre semaines.

Un groupe a reçu pour instruction d’accomplir des actes de bonté aléatoires pour eux-mêmes (comme aller faire du shopping ou s’adonner à un passe-temps favori) ; le deuxième groupe a reçu pour instruction d’accomplir des actes de bonté pour les autres (comme rendre visite à un parent âgé ou aider quelqu’un à porter ses courses) ; le troisième groupe a reçu pour instruction d’accomplir des actes de bonté pour améliorer le monde (comme recycler ou faire des dons à des œuvres de charité) ; le quatrième groupe a reçu pour instruction de garder trace de ses activités quotidiennes.

Chaque semaine, les participants ont rapporté leurs activités de la semaine précédente, ainsi que leur expérience des émotions positives et négatives.

Au début, à la fin et à nouveau deux semaines après la période de quatre semaines, les participants ont rempli un questionnaire pour évaluer leur épanouissement psychologique. En tant que mesure du bonheur global, le questionnaire comprenait des questions sur le bien-être psychologique, social et émotionnel.

Les résultats

Les résultats de l’étude sont frappants. Seuls les participants qui ont adopté un comportement prosocial ont montré une amélioration de leur épanouissement psychologique.

Les participants qui ont adopté un comportement prosocial ont montré une augmentation des émotions positives d’une semaine à l’autre. À leur tour, ces augmentations de sentiments tels que le bonheur, la joie et le plaisir ont prédit des augmentations de l’épanouissement psychologique à la fin de l’étude. En d’autres termes, les émotions positives semblent avoir été un ingrédient essentiel reliant le comportement prosocial à l’augmentation de l’épanouissement.

Mais qu’en est-il des personnes qui se soignent elles-mêmes ?

Ils n’ont pas montré la même augmentation des émotions positives ou de l’épanouissement psychologique que ceux qui ont fait des actes de bonté. En fait, les personnes qui se soignaient elles-mêmes ne présentaient pas de différence en termes d’émotions positives, d’émotions négatives ou d’épanouissement psychologique au cours de l’étude par rapport à celles qui se contentaient de suivre leurs activités quotidiennes.

Cette étude ne dit pas que nous ne devrions pas nous faire plaisir, nous montrer aimants lorsque nous en avons besoin ou profiter de notre détente lorsque nous l’avons. Cependant, les résultats de cette étude suggèrent fortement que nous avons plus de chances d’atteindre des niveaux de bonheur plus élevés lorsque nous adoptons un comportement prosocial et que nous faisons preuve de bonté envers les autres par nos actions.

Comment entraîner votre cerveau au bonheur

À la naissance, nos gènes nous fournissent un point de repère qui compte pour une partie de notre bonheur. Le fait d’avoir suffisamment de nourriture, d’abri et de sécurité représente une autre partie.

Il y a aussi une partie du bonheur qui dépend entièrement de nous et de notre psychologie.

En entraînant notre cerveau par la prise de conscience et des exercices pour penser d’une manière plus heureuse, plus positive, plus optimiste et plus résiliente, nous pouvons effectivement entraîner notre cerveau au bonheur.

Les nouvelles découvertes dans le domaine de la psychologie positive montrent que la santé physique, le bien-être psychologique et le fonctionnement physiologique sont tous améliorés par la façon dont nous apprenons à nous « sentir bien ».

Quels sont les schémas que nous devons « entraîner » dans notre cerveau ?

  1. Perfectionnisme – Souvent confondu avec le caractère consciencieux, qui implique des attentes appropriées et tangibles, le perfectionnisme implique des niveaux d’attentes inappropriés et des objectifs intangibles. Il est souvent à l’origine de problèmes chez les adultes, les adolescents et les enfants.
  2. Comparaison sociale – Lorsque nous nous comparons aux autres, nous nous trouvons souvent dépourvus. Une comparaison sociale saine consiste à trouver ce que l’on admire chez les autres et à apprendre à s’efforcer d’atteindre ces qualités. Cependant, les meilleures comparaisons que nous pouvons faire sont avec nous-mêmes. En quoi êtes-vous meilleur que vous ne l’étiez dans le passé ?
  3. Matérialisme – Attacher notre bonheur aux choses extérieures et à la richesse matérielle est dangereux, car nous pouvons perdre notre bonheur si nos circonstances matérielles changent.
  4. Maximiser – Les maximisateurs recherchent de meilleures options même lorsqu’ils sont satisfaits. Cela leur laisse peu de temps pour être présents pour les bons moments de leur vie et très peu de gratitude.

Idées fausses sur l’entraînement de l’esprit

Certaines des idées sur l’entraînement du cerveau sont tout simplement fausses et peuvent modifier votre psychologie et entraver votre bonheur si vous continuez à y croire. Voici quelques mythes qui doivent être démystifiés :

1. Nous sommes les produits de notre génétique et nous ne pouvons pas créer de changement dans notre cerveau.

Nos esprits sont malléables. Il y a dix ans, nous pensions que les voies du cerveau étaient fixées dès la petite enfance. En fait, nous savons maintenant qu’il existe un énorme potentiel de changements importants jusqu’à la vingtaine, et que la neuroplasticité continue d’évoluer tout au long de la vie.

La gaine de myéline qui recouvre vos voies neuronales s’épaissit et se renforce au fur et à mesure qu’elle est utilisée (pensez à la gaine protectrice en plastique des fils électriques) ; plus une voie est utilisée, plus la myéline est forte et plus la voie neuronale est rapide. En d’autres termes, lorsque vous vous exercez à être reconnaissant, vous remarquez plus de choses pour lesquelles vous pouvez être reconnaissant.

2. L’entraînement cérébral est un lavage de cerveau.

Le lavage de cerveau est un changement involontaire. Si nous nous efforçons d’entraîner notre esprit à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, c’est un choix.

3. Si nous sommes trop heureux, nous courons le risque de devenir trop optimistes.

L’excès d’optimisme n’existe pas, et la science montre que l’entraînement du cerveau à la positivité inclut des pratiques comme la pleine conscience et la gratitude. Personne n’a jamais fait une overdose de ces habitudes.

Comment le cerveau est-il câblé pour le bonheur ?

Pouvez-vous entraîner votre esprit au bonheur ? - Scanner du cerveau

Notre cerveau est déjà conçu pour le bonheur. Nous avons des systèmes de soins en place pour le contact visuel, le toucher et les vocalisations pour faire savoir aux autres que nous sommes dignes de confiance et en sécurité.

Notre cerveau régule également des substances chimiques comme l’ocytocine.

Les personnes qui ont plus d’ocytocine font plus facilement confiance, ont des tendances accrues à la monogamie et font preuve d’un comportement plus attentionné. Ces comportements réduisent le stress, ce qui diminue la production d’hormones comme le cortisol et inhibe la réponse cardiovasculaire au stress.

Si le bonheur n’a pas grand-chose à voir avec le fait d’avoir trop de ressources, alors c’est un état intérieur que nous avons le pouvoir de cultiver grâce à la psychologie positive.

Le biais de la négativité peut nous aider à comprendre comment nous pouvons activer et « installer » la pensée positive dans la chimie de notre cerveau ce qui favorise notre bien-être.

Un message à emporter

Le bonheur est l’expérience subjective globale de nos émotions positives. De nombreux facteurs influencent notre bonheur et la recherche continue de découvrir ce qui nous rend le plus heureux.

La quête mondiale du bonheur a donné lieu à des mesures telles que le Rapport sur le bonheur dans le monde, tandis que la base de données sur le bonheur dans le monde s’efforce de collaborer et de consolider les recherches sur le bonheur menées par les différentes nations.

Nous vivons à une époque où les conditions du bonheur sont connues. Cela peut être décourageant à une époque où il y a beaucoup de négativité dans le monde.

Il y a cependant une bonne nouvelle dans cette situation : la neuroplasticité.

Le cerveau humain est câblé pour le bonheur et les connexions positives avec les autres. Il est en fait possible d’expérimenter et d’apprendre le bonheur malgré ce qui a été génétiquement câblé.

Dans un monde où l’accent est mis de plus en plus sur le bonheur et où le miroir se retourne vers nous-mêmes, le bonheur du monde repose sur le bonheur qui se trouve en chacun de nous et sur la façon dont nous agissons, partageons et exprimons l’importance du bonheur et de la psychologie positive pour tous.

Quelles sont les mesures que vous prenez pour vous rendre et rendre les autres plus heureux ? Faites-nous en part en laissant un commentaire ci-dessous !

Nous espérons que vous avez apprécié la lecture de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *